Ecopla : les camions repoussés !

par Sylvain Laporte 21/12/2016

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

Nous venons de vivre une journée exceptionnelle.

Ce matin, nous sommes alertés : des camions immatriculés en Italie rôdent autour de l’usine. Aussitôt, nous, anciens salariés d’Ecopla, nous rendons sur place : oui, les machines étaient bien en train d’être embarquées.
Aussitôt, nous prévenons les camarades, les sympathisants qui, la semaine dernière, ont assisté à la formidable AG à la Bourse du Travail de Grenoble. Et cette après-midi, voilà que nous sommes deux cents devant les grilles, à Saint-Vincent-de-Mercuze, des cégétistes évidemment, des communistes, mais aussi des étudiants, des écolos, des nuitdeboutistes, des citoyens et citoyennes.
Et cette force du nombre a tout changé : les camions sont repartis à vide.
Un assaut est repoussé, c’est une petite victoire.
La mobilisation continue, nous avons eu confirmation que « l’inventaire se poursuite encore pendant deux jours ».

Ca nous a reboostés, presque.
On a chanté. On a bouffé des merguez sous le chapiteau. On s’est réchauffés de nos « Ecopla vivra ! » Et du coup, nous voilà mieux organisés pour surveiller les allers et venues, avec des tours de garde. Du coup, aussi, comme on était remontés, le ministère a obtenu du groupe italien une séance de négociations début janvier.

Rien n’est évidemment gagné, loin de là. Mais nous venons non seulement, aujourd’hui, de franchir un obstacle, on s’appuie dessus pour en faire une force.

Bientôt, on ne sait pas quand mais bientôt, on montera à Paris pour se faire entendre. Et le samedi 14 janvier, on donnera rendez-vous chez, à Saint-Vincent-de-Mercuze, pour un genre de Fête de l’Huma dans les montagnes : qu’on ne se débarrasse pas de l’industrie française dans l’indifférence.

Encore merci à vous tous ! Sans vous on ne peut rien, mais avec vous on peut beaucoup !
Nous vous souhaitons de bonnes fêtes.
Nous, on va bosser, parce que la lutte, c’est du boulot…

Les ex-futurs-salariés d’Ecopla Scop.

Contacts :
Christophe Chevalier : 06 38 13 92 23 - c.chevalier770 orange.fr
Karine Salaün : 06 34 87 55 34 - kar.salaun gmail.com

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vos commentaires

  • Le 26 décembre 2016 à 21:14, par care En réponse à : Ecopla : les camions repoussés !

    saluton bonan matenon amikoj kaj amikinoj
    on vous suit de loin jusquand ESPERANTIE tenez bon ne lachez rien .
    Vive L’AUTOGESTION , les usines a ceux et celles qui y travaillent , les Patrons a la mine (autogérée ca va de soit)
    on se voit dés que possible
    Au revoir (gis baldau)

  • Le 21 décembre 2016 à 19:44, par Sylvie Delrieu En réponse à : Ecopla : les camions repoussés !

    Trop loin pour être avec vous .....mais je vous suis sur les réseaux sociaux
    Ne lâchez rien , vous êtes exemplaires !!!
    Hasta la victoria siempre !!!

  • Le 21 décembre 2016 à 18:28, par cauvy christian En réponse à : Ecopla : les camions repoussés !

    Amis camarades de toutes les luttes contre l’actionnariat (bandes de bordilles !!!!) le plus sauvage et le plus imbécile, je vous soutiens de tout mon coeur.
    Résistance, ne lâchez rien, çà va bientôt payer.
    Le sud
    Christian

  • Le 21 décembre 2016 à 15:50, par JAY Catherine En réponse à : Ecopla : les camions repoussés !

    Je vous envoie force et courage, camarades !
    Et de la chaleur et de l’énergie dans votre combat qui est le nôtre, à tous aussi.
    Garder notre savoir, nos compétences, nos projets, nos outils de production, et ne pas les laisser réduire à une simple transaction financière au moins-disant et au plus profitant.
    Ne pas les laisser faire et résister. Quelle que soit l’issue, montrer que nous avons des projets, des idées, que faire « AUTREMENT » c’est possible.
    Géographiquemet loin de vous, je vous encourage, j’enrage, je soutiens, depuis mon nouveau péyi, la Gwadloup ;)
    Fos épi kouwaj, Kanmarad ! Lalit rèd mé lalit bèl !
    Kenbé fô !
    Ktrine

    P.S. : je fais de la propagande pour vous auprès des copains et de la famille qui habite « dans l’quartier » :)