Mais qui tue (vraiment) les entreprises ?

par François Ruffin 13/04/2017 paru dans le Fakir n°(76) juillet-août 2016

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

Fakir vous propose un thriller statistique : qui a tué l’investissement ? Avec une enquête dans les caves de l’Insee, dans les bureaux de Bercy, où l’on croise un chief economist de la Société Générale, la femme du PDG de BNP-Paribas. Quand même les rapports supposés critiquer la Finance sont confiés… à la Finance !

Ce graphique Ludo m’en a fait des jolis tableaux, et je les balade de chez Ruquier à BFM, et on les publie dans nos T’chios, et on les cite dans Le Monde. « C’est le point aveugle du débat économique en France », je répète. « Ces chiffres, ça signifie que, dans les années 80, un salarié travaillait une semaine par an pour les actionnaires. Aujourd’hui, c’est trois à quatre semaines », je vulgarise.
« Mais quelles entreprises ça concerne ? » on m’a demandé.
« Comment on obtient ces courbes ? »
« Pourquoi ça s’arrête en 2008 ? »
Je vais vous dire la vérité : j’en sais trop rien, au fond. Ces données, je les ai relevées sur le blog de Christian Chavagneux, rédacteur d’Alternatives économiques, et sur celui de Michel Husson, chercheur à l’Institut de Recherches Economiques et Sociales (IRES), et je les ai reproduites avec une aveugle confiance parce que c’est pas mon boulot, quand même, comme journaliste, bon à rien et touche-à-tout, d’aller vérifier des statistiques. Mais bon, avant de me faire coincer, avant qu’on ne dévoile mon effroyable nullité, je me suis retourné vers Husson et Chavagneux pour qu’ils m’éclairent un peu le bazar…
Et par hasard, sans le vouloir, on est tombés sur un gros hic, qui se chiffre en dizaines de milliards…

Michel Husson : « Une anomalie statistique »

« Votre graphique s’arrête en 2008, vous pourriez pas le prolonger jusqu’à aujourd’hui ? »
C’était, je pensais, ma question la plus anodine.
Mais bizarrement, c’est là que ça coince :
« Je suis bien embêté pour vous répondre, avoue franchement Michel Husson. Le truc, c’est que l’Insee a procédé à une réforme de ses normes comptables. Ils y sont obligés, tous les cinq ans, c’est l’Europe qui le demande. C’est une énorme cuisine, des chiffres dans tous les sens, des interprétations sur comment on amortit les investissements, etc. Mais leur conclusion, là, c’est que les dividendes diminuent depuis 2009.
- Donc, le phénomène s’inverse ?
- On pourrait le croire, mais c’est complètement invraisemblable. Que ça ait baissé avec la crise de 2009, toutes les sources en témoignent. En revanche, d’après les statistiques de la Banque de France, ou encore avec les dividendes du CAC 40 publiés dans
Les Echos, ou ceux du cabinet Vernimmen qui agrègent les rapports d’activité, d’après toutes les sources, ça repart à la hausse. Même d’après le mode de calcul antérieur de l’Insee, d’ailleurs. Quand on regarde les graphiques, on découvre cette chose très étonnante pour un statisticien : les courbes se croisent, un ciseau énorme en 2010.
- Donc l’Insee et la Banque de France ne sont pas d’accord entre eux ?
- Leurs données se contredisent complètement. Et même au sein de l’Insee, entre la nouvelle base et l’ancienne, il ne s’agit pas d’une correction : elles divergent carrément. On passe de 90 milliards de dividendes nets à 55 milliards ! 35 milliards disparaissent, grâce à de savantes calculettes.
- Mais ça ne les inquiète pas, à l’Insee, d’avoir des stats qui disent l’inverse des autres ?
- Non, pas trop. Je leur ai envoyé une analyse critique, contestant leur nouveau mode de calcul, mais ils n’en ont tenu aucun compte. C’est le cas de le dire…
- L’ennui, là, c’est qu’ils cassent un peu le thermomètre quand même, non ?
- Je ne crois pas qu’il y ait un complot. Cette affaire démontre une chose simple : cette question des dividendes, du partage capital/travail, est négligée par les médias, par les politiques, mais elle est également maltraitée par la statistique nationale. Ce qui compte, pour eux, c’est le PIB, la valeur ajoutée. Mais la répartition de cette valeur ajoutée, côté finances, ça leur apparaît secondaire.
- Les économistes n’ont pas protesté ? Vous n’avez pas adressé une pétition ? Je dis pas d’envahir l’Insee mais…
- Tout était verrouillé.
- Le plus simple, pour nous, maintenant, ça serait d’utiliser le graphique de la Banque de France, alors ?
- Oui, c’est ce que je vous recommanderais. Mais là, les données ne remontent pas avant 1996… »

En attendant qu’on envahisse l’Insee…

Thomas Dallery : « Mon mari, c’est la Finance ! »

« Sans vouloir me défausser, m’a répondu Christian Chavagneux pour le second graphique, je n’ai fait que mon travail de mise en scène d’analyses réalisées par des chercheurs du Clersé (ndlr : Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques), à Lille. » On a donc contacté un membre de ce labo, Thomas Dallery, économiste atterré et à Dunkerque, titulaire d’une thèse sur le « capitalisme financiarisé ».

« Dans la question du partage capital/travail, y a une oubliée, c’est l’investissement, qui est aujourd’hui complètement écrasé par les dividendes. Regardez STMicroelectronics : en moins de quinze ans, entre 1999 et 2013, les dividendes ont été multipliés par douze ! Tandis que les investissements étaient divisés par trois ! Dans une entreprise où les Etats français et italiens sont, il me semble, actionnaires à hauteur de 30 %.
- C’est un peu comme si l’entreprise se dévorait elle-même ?
- Non, ce n’est pas l’entreprise, ce sont les actionnaires. Je tiens à ce qu’on ne confonde pas les deux : l’entreprise, c’est un collectif de travail destiné à se reproduire dans le temps. Et si le Medef voulait vraiment défendre l’entreprise, il devrait signer des deux mains à ce qu’on raconte. Car là, oui, les actionnaires sont en train de tuer la poule aux œufs d’or.
Ainsi, en 1979, les entreprises dépensaient 0,5 € en dividendes pour tout euro d’investissement, tandis qu’elles dépensent aujourd’hui 2 € en dividendes pour tout euro d’investissement. Le ratio a quadruplé !
Et en plus, s’y ajoute un autre biais : la destruction de capital. On appelle ça le
‘rachat d’actions’, ça fait plus propre, sinon les gens vont finir par hurler. L’entreprise utilise son argent pour racheter ses propres actions et les détruire ! Ceci, afin de faire monter les cours de bourse, d’augmenter les plus-values (qui, selon les pays, sont parfois moins taxées que les dividendes).
- Est-ce que les entreprises, alors, ne gagneraient pas à abandonner tout simplement la Bourse, le financement par les marchés ? A en revenir, par exemple, aux emprunts bancaires – qui dominaient avant les années 80 ?
- Si. Le rôle de financement des marchés est devenu négligeable, alors qu’ils exercent une nuisance certaine. Mais on peut songer à une alternative, un truc qui marche bien : l’autofinancement. Il est plus facile de courir en n’ayant pas 85 kilos sur le dos…
- C’est marrant que vous utilisiez cette image. Les Gattaz, père et fils, à trente ans d’intervalle, reprennent la même comparaison : vu le coût du travail, ils expliquent, c’est comme si les entreprises couraient le marathon avec un sac à dos rempli de pierres. Vous reprenez la même métaphore, mais pour le coût du capital, un refrain qu’on entend moins souvent.
- On avait rendu un rapport, sur ce thème, à la CGT. Comme ça avait fait un peu de bruit, on nous avait reçus à Bercy. C’est une certaine Jeanne-Marie Prost qui nous avait accueillis. Moscovici, alors ministre de l’Economie, lui avait confié une mission sur
‘Le financement des entreprises industrielles’. Ç’avait été très violent. Elle refusait presque de nous écouter. Comme on pointait le rôle de l’Euro dans la déflation salariale, elle nous a répliqué : ‘L’euro, moi, j’y crois !’ Et elle était dans la foi, toujours. Elle vantait le modèle allemand, même des mini-jobs. Surtout, sur l’envolée des dividendes, elle était dans la dénégation complète : ‘Ce ne sont pas les bons chiffres’, elle contestait, et puis : ‘Je vais demander à l’Insee…’ C’est pour ça, quand sont sorties les nouvelles courbes de l’Insee, sans verser dans le complotisme, je me suis rappelé cette discussion. Enfin, pendant notre réunion, comme on mettait en cause les banques, madame Prost s’est insurgée, une régulation plus poussée, elle affirmait, ça aurait des effets néfastes, ça serait dangereux dans une économie ouverte : ‘Vous voulez que les banques aillent s’installer à Londres’, elle demandait.
C’était étrange, comme comportement. Il s’agissait, en principe, de la
‘médiatrice nationale au crédit des entreprises’, mais elle reprenait tous les arguments de la FBF, la Fédération bancaire française, le lobby des banques. Du coup, ça m’a donné envie de faire quelques recherches. En un clic, j’ai découvert qu’elle était la femme de Jean Lemierre, aujourd’hui PDG de BNP-Paribas ! On a donc confié la ‘médiation’ à une femme mariée à la haute finance ! J’avais ironisé, ‘Mon mari, c’est la Finance !’
Quelque temps après, on a rencontré Benoît Hamon. On lui a demandé où en était notre rapport : ‘Il a été coudé’, il nous a répondu, en faisant le geste, le coude plié. Ça signifie : ‘On ne le lit pas’. Ensuite, le CNIS, le Conseil national de l’information statistique, a formé une mission sur le ‘coût du capital’. Mais il suffit de voir qui composait le ‘groupe de travail’… »

Thomas Dallery m’a envoyé ledit rapport.
Page 92, « annexe 2 – composition du groupe de travail. »
« Président : Olivier Garnier, Société générale. »
J’ai googueulisé « Olivier Garnier » : « Chief economist de la Société générale. »
C’est à ces détails qu’on aperçoit l’ampleur de la corruption.
Parce qu’elle n’apparaît plus comme de la corruption.
Parce que cette corruption appartient au paysage.
Parce que cette corruption touche tout un système, et non un homme.
Et il semble ainsi pleinement normal qu’un rapport public, d’une institution publique, soit confié au cadre dirigeant d’une banque. Une banque qui, en plus, s’était déjà illustrée dans la crise des subprimes, avec six milliards de déficit et l’affaire Kerviel. Une banque qui brillerait bientôt avec ses comptes au Panama.
Le marqueur d’une finance qui règne à tous les étages… même dans les études supposées critiquer la finance !

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vos commentaires

  • Le 15 avril à 14:17, par CAVALIER En réponse à : Mais qui tue (vraiment) les entreprises ?

    Un petit complément tout de même : Pourquoi les dirigeants d’entreprises sont ils si bien payés ? C’est sans doute pour réduire les quelques scrupules humains qui pourraient les freiner dans leurs décisions de délocaliser, d’investir dans les pays au plus bas salaires, de licencier là ou les salaires et les règles sociales sont sévères et coûteuses.....
    C’est un salaire de la peur (de se faire prendre en otage !), ou une manière soft qu’ont les actionnaires de ’’corrompre’’ leurs plus fidèles serviteurs

  • Le 15 avril à 14:09, par CAVALIER En réponse à : Mais qui tue (vraiment) les entreprises ?

    Les chefs d’entreprises ont pour job de garantir à leurs actionnaires des gains comparables à ceux que procurent d’autres entreprises : sinon les actionnaires changent de dirigeants !
    Avec l’élargissement à l’Est de l’UE et les règles de l’OMC les dirigeants d’entreprises ont intérêt à délocaliser là ou les salaires et les lois sociales sont les plus faibles. Ainsi elles importent des produits fabriqués par des filiales aux faibles salaires, et par le mécanisme des coûts de transferts et une autre filiale située dans un paradis fiscal garde l’essentiel du bénéfice du groupe à l’abri de l’impôt.
    Résultat la part des salaires baisse et en contrepartie le bénéfice donc ensuite les dividendes augmentent.
    Les chefs d’entreprises ne sont pas coupables : ils naviguent à travers les opportunités que les règles fixées par les hommes politiques leur procurent.
    Le problème est sans doute que les hommes politiques fixent des règles que leur suggèrent les gros actionnaires sans se préoccuper des conséquences pour les populations qu’ils sont censés représenter et défendre. Pourquoi le font-ils ? Y trouveraient ils un intérêt ?

  • Le 14 avril à 20:05, par lena En réponse à : Mais qui tue (vraiment) les entreprises ?

    et tous les affolés de la montée de Mélenchon qui crient « haros » sur le communisme qu’il représenterait alors qu’il veut encourager les petites et moyennes entreprises aussi..........
    depuis le départ, je ne voulais m’en prendre qu’au système car je ne veux pas éprouver de la haine envers des personnes, ne pas ressembler à ceux ou celles qui rejettent tout une partie de la vie. Seulement quand le système est à ce point corrompu, même les plus courageux/ses respectueux s’en prennent la pleine gueule avec la capacité de nuisance notamment médiatique de ce monde de privilégiés.

  • Le 14 avril à 13:25, par Xavier En réponse à : Mais qui tue (vraiment) les entreprises ?

    Bonjour,
    votre article semble aller dans le sens des analyses faites par François Asselineau qui essaye d’expliquer les constructions qui sont à l’œuvre pour organiser étape par étape la dépossession de ce qui reste de leviers démocratiques à l’échelle de notre République, leviers au premier rang desquels figure une information fiable.
    Alors bien sûr, ce « petit » candidat est taxé de complotisme, mais il a le mérite d’essayer de provoquer des débats de fond dans un univers médiatique qui semble tout mettre en œuvre pour les éviter.
    Heureusement, il nous reste les média alternatifs.
    Cordialement

  • Le 13 avril à 18:08, par Jason hunt En réponse à : Mais qui tue (vraiment) les entreprises ?

    Oui mieux qu’un lobbyiste. Servi par soi même. Avec ça les sans domiciles fisc... Et le coût du travail augmentera encore... Nous vivons tel les dés du jeu de monopoli... Nous nous usons à tourner... Malgré 7 fois dans nos bouches, nous risquons d’en reprendre plus d’une louche...

0 | 5 | 10