Dix propositions pour une police de la confiance

par François Ruffin 12/10/2020 paru dans le Fakir n°(95 - EN KIOSQUE) Date de parution : 10/2020

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

Dans son livre-rapport « Que faire de la police ? » (Fakir éditions), le rédac’ chef auditionne chercheurs, ONG, victimes, syndicats de policiers, hiérarchie. Trois crises sont mises en lumière : la crise des Gilets jaunes, la crise avec les quartiers, et la crise dans la police. Et son propos s’achève sur dix propositions « pour une police de la confiance ». Car si, pour parodier Clémenceau, « la police est une chose trop sérieuse pour être laissée aux seuls policiers », il est vrai aussi qu’on ne transformera pas la police sans les agents eux-mêmes.

« La mission éminente des polices est de produire de la confiance en défendant des normes et valeurs supérieures, et ainsi de contribuer à la cohésion sociale. » Voilà le rôle qu’entrevoit, dans ses recherches, le sociologue Sébastian Roché pour les policiers : « produire de la confiance ». Et de poursuivre : « Les sociétés ne vivent harmonieusement que lorsque les institutions publiques jouent leur rôle dans la production de la confiance nécessaire à la vie collective. Comment la police peut‑elle pratiquement contribuer à la cohésion ? D’abord en ne la fragilisant pas au travers de politiques stigmatisantes ou de pratiques discriminatoires, susceptibles de favoriser la formation d’un sentiment de rejet. Telle est leur obligation négative : ne rien faire contre l’harmonie sociale, ne pas porter atteinte au sentiment d’appartenir à la collectivité nationale. Il s’agit d’offrir une “expérience positive de la police”, la plus positive possible. Dans une société fragmentée, aux attentes contradictoires, ce n’est pas chose aisée : ce qu’espèrent des retraités en Corrèze, des cadres supérieurs à Neuilly, ou des enfants d’immigrés à Vénissieux, est nécessairement différent et parfois antagonique. Telle est l’obligation positive : ne pas construire une police séparatiste, mais universaliste, c’est‑à‑dire à la fois impartiale et égalitaire. »
Comment bâtir cette « police de la confiance » ?

La suite à lire dans notre journal actuellement en kiosque :
▶ Abonnez-vous : http://bit.ly/fakir-abo
▶ Commandez le n°95 : http://bit.ly/fakir-en-kiosque
▶ Chez votre kiosquier : http://bit.ly/fakir-kiosques
▶ Le sommaire : http://bit.ly/en-kiosque

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.