Les retraites : une « malédiction » vaincue !

par L’équipe de Fakir 02/12/2019

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

Après des millénaires de misère, le taux de pauvreté des personnes âgées est subitement divisé par quatre dans les années 1970. Mais ce que la politique a fait, la politique peut le défaire…

Durant des siècles, pour les gens du peuple, « vieillesse » était synonyme de misère, d’aumône, de privations. Mais ministre du Travail à la Libération, Ambroise Croizat proclame son ambition : « La retraite ne doit plus être l’antichambre de la mort, mais une nouvelle étape de la vie. » Il œuvre à un « vaste plan de sécurité sociale », comme le prévoit le programme du Conseil national de la Résistance.
L’effet de cette loi n’est pas immédiat.
Il faut le temps que les retraites deviennent effectives, à taux plein.
Et c’est une révolution silencieuse qui s’opère alors : le taux de pauvreté des personnes âgées plonge, il est divisé par quatre en quinze ans ! De 35 % en 1970 il passe à 7,5 % en 1984 ! Pour la première fois dans l’histoire, même, on rencontre moins de misère chez les « vieux » que dans le reste de la population. Grâce à des mesures, des mesures politiques, des mesures démocratiques, la malédiction est rompue ! Formidable conquête sur la « nature » !

Mais ce que la politique a fait, la politique peut le défaire. Avec les réformes Balladur (1993), Raffarin (2003), Fillon (2010), l’heure est venue des contre-réformes. Dont l’effet, là encore, n’est pas immédiat. Elles font aujourd’hui sentir leurs effets : le taux de pauvreté chez les plus de 65 ans remonte... tout en demeurant, pour l’instant, inférieur à l’ensemble de la population.

Le grand gavage :
En 2018, les dividendes ont augmenté de 12,8 %, à 57 milliards d’euros.

Les 500 fortunes françaises détenaient, il y a trente ans, 5 % du PIB. C’était 25 % à l’arrivée de Macron. Et aujourd’hui 30 %. (source : Challenges.)

En 2017, les PDG du CAC 40 s’étaient augmentés de 14 %. Et rebelote en 2018 : +12 %, à 5,8 millions d’euros. (source : Proxinvest.)

« Les 0,1 % des ménages les plus aisés ont gagné 23 072 euros annuels » en plus. (Institut des politiques publiques.)

Et en même temps, en même temps, la France compte 400 000 pauvres en plus, en un an.

Une « juste » réforme des retraites doit toucher à ça : à cette minorité qui se gave.

Nous pouvons vos offrir ce contenu gratuitement, sans publicité ni actionnaire seulement parce que nos lecteurs nous achètent en kiosque et s’abonnent ! Merci à eux.
▶ Abonnez-vous : http://bit.ly/fakir-abo
▶ Commandez le n°91 : http://bit.ly/fakir-en-kiosque

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.