Les Vuitton d’Issoudun devant Merci Patron !

par L’équipe de Fakir 21/03/2016

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

On a besoin de vous

Le journal fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté ou parce qu’on y est abonné !

Jeudi, les couturières de l’usine Vuitton d’Issoudun sont venus voir Merci Patron ! au ciné, grâce à Patrick, notre préfet du coin, qu’a diffé devant l’usine. Et ce matin, on a reçu ça de lui :

Salut à tous,

Ce n’est pas sans une certaine émotion que je vous informe du succès de Merci Patron ! hier soir à Issoudun.

Le cinéma a du refuser environ une cinquantaine de spectateurs et a du reprogrammer trois autres séances ! (Vendredi 25, Dimanche 27 et Mardi 29 mars).

Un bon nombre d’ouvrières des usines Vuitton étaient là (d’autres usines aussi) et, contrairement à ce que nous craignions, se sont exprimées.

Il faut dire que nous n’avions pas ménagé nos efforts puisque nous avions diffusé à la porte des cinq principales entreprises de la ville.

Grande satisfaction de les voir ainsi récompensés !

Quelques unes des ouvrières, découvrant que le flyer que je leur tendais n’était pas une invitation gratuite m’ont presque enguirlandé parce que la projection n’était pas gratuite : « Des films comme ça, ça devrait être gratuit pour que tout le monde les voie ! »

Plusieurs ouvrières nous ont dit que le film montrait l’exacte vérité de ce qui se passe chez Vuitton. Une m’a même dit que le protocole qu’avaient signé les Klur avait été proposé aussi à un employé d’Issoudun.

J’ai présenté le film en peignoir de bain (à défaut de T-shirt « I Love Bernard ») pour piquer la curiosité des spectateurs :
- en annonçant aux spectateurs qu’ils devaient s’apprêter à voir à l’écran des choses encore plus invraisemblables qu’un gars en peignoir bleu présenter un film
- en brodant sur le fait que je l’avais acheté en 1967 (c’est vrai !) et que les choses qui durent, maintenant, n’existent pratiquement plus, sinon l’économie s’effondrerait... comme par exemple les Contrats de Travail...

A la fin les gens se sont arraché les quelques Fakir qui nous restaient (et que, du coup, nous avons offerts...) et qu’ils découvraient et un certain nombre nous ont chaleureusement remercié d’avoir passé ce film.

Dehors, alors qu’aucun bar n’était resté ouvert, quelques petits groupes restaient discuter...

Nous nous préparons à animer une seconde discussion vendredi prochain...

Il est fort vraisemblable que nous réfléchissions, dans les jours à venir, à nous organiser pour donner une suite dans le temps, sur la longueur, à ce petit événement : par exemple, l’idée de diffuser des Tcho Fakir à la porte des principales usines de la ville a été bien accueillie mais d’autres vont inévitablement émerger...

« De toutes façons on s’en fout parce qu’à la fin c’est nous qu’on va gagner »

A+

Patrick

Écrire un commentaire

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vos commentaires

  • Le 25 mars 2016 à 23:15, par manuela ribeiro En réponse à : Les Vuitton d’Issoudun devant Merci Patron !

    J’ai été invitée a voir ce film . Quel bonheur , c’est un ovni cinématographique et utile par les temps qui courent ! Merci de m’avoir fait rire avec une réalité révoltante. J’y retourne pour le plaisir de le revoir et de payer ma place ... Bravo ! « Si j’étais présidente » je le rendrais obligatoire dans toutes les lycées pour en faire un sujet de débat
     !

  • Le 25 mars 2016 à 10:05, par trapet En réponse à : Les Vuitton d’Issoudun devant Merci Patron !

    Nous sommes allés le voir il est le reflet de cette société.
    Bravo pour cette initiatives.
    Les valeurs disparaisses pour laisser place à l’aigreur.
    Le respect (hommes, animaux, nature) est relégué au rang d’esclavagisme.
    J’ai honte de voir disparaitre tant d’hommes et de femmes et leurs combats passés
    et ne rien faire pour l’avenir de nos enfants....si m’informer, les informer et m’indigner.
    Bravo à vous et ceux qui vont se battre, je ferai ma part pour donner un avenir décent à mes enfants
    avant de consommer de l’obsolescence, je vais leur apprendre à distribuer le respect et à consommer l’essentiel et le nécessaire.

  • Le 24 mars 2016 à 22:15, par Le Quiniou En réponse à : Les Vuitton d’Issoudun devant Merci Patron !

    J’ai vu votre film bravo c’est sacrément bien fait tout ça vous êtes des p..de robin des bois

  • Le 22 mars 2016 à 00:27, par Alauda En réponse à : Les Vuitton d’Issoudun devant Merci Patron !

    Merci à Fakir (ayant lu l’exemplaire gratos avec le dossier ’cochon’, je vais m’abonner illico) et à Patrick, sans lequel ni une et surtout pas 4 séances auront (eu) lieu !

    Mais j’aimerais faire part du commentaire d’une femme lors du débat, je résume de mémoire, qui disait que cette action - individuelle - ne résoudrait rien au problème du fond et ne serait même pas reproductible. De plus, l’action était une sorte d’arnaque ou piège. J’ajouterai qu’on ne résout jamais un problème en restant dans la méthode / le système qui a crée ce problème (je ne sais plus qui je cite là).

  • Le 21 mars 2016 à 22:34, par VERO du 36 En réponse à : Les Vuitton d’Issoudun devant Merci Patron !

    Pour pas que notre Patrick prenne la grosse tête. Il a été un peu aidé pour diffuser...
    Merci aux 8 autres copains qui ont participé aux autres distributions, collages, photocopiage et
    diffusions internes dans les boîtes !

0 | 5 | 10